Grogne sociale : La Centrale électorale congolaise déplore les menaces contre ses dirigeants par des agents et l’incitation à la violence et à la haine, le propos injurieux et irrespectueux envers les autorités établies.

Le Bureau de la Commission électorale nationale indépendante condamne de ce qu’il qualifie de : « de recours aux procédés illégaux dont seraient auteurs certains agents qui se distingueraient par l’incitation à la violence, à la haine, le propos injurieux et irrespectueux envers les autorités établies, les menaces d’agression particulièrement à l’encontre des membres de la plénière et de la hiérarchie du secrétariat exécutif national ainsi que d’autres actes de vandalisme » a fait savoir la CENI dans communiqué.

L’institution traverse de temps difficiles, des employés sont impayés. Certains agents accusent quelques mois d’arriérés de salaire.
La CENI soutient que ce climat et ces actes mettent en péril la sécurité des personnes et du matériel électoral installé dans les locaux de l’institution. L’institution brandit la responsabilité pénale de ces agents.
Elle lance un appel au calme et tient à rappeler qu’elle poursuit son plaidoyer auprès du gouvernement pour trouver une solution rapide à cette situation.


Serge BOKATOLA

leave a reply