Affaire 200 millions € : l’Acaj recommande la protection de la Gecamines contre le complot de prédation en cours

Au cours d’un point de presse tenu samedi 24 décembre 2019 à Kinshasa, l’Association congolaise pour l’accès à la justice (Acaj) a recommandé au Procureur général près la Cour de cassation de poursuivre son action judiciaire contre les trois dirigeants de la Gecamines, ceux de Ventora et Fleurette.

L’Ongdh appelle le PGR à ne pas céder aux pressions politiques et à prendre toutes les mesures conservatoires nécessaires afin de protéger le patrimoine de la Gecamines contre le complot de prédation en cours.

A la population congolaise, l’Acaj lui recommande de soutenir publiquement les poursuites judiciaires en cours et de rester mobilisée jusqu’à ce que les auteurs de blanchiment des capitaux et détournement des fonds de la Gecamines soient jugés et sanctionnés conformément aux lois de la République.

Georges Kapiamba a, une fois de plus, démontré, noir sur blanc, que des individus tiennent à accomplir leur mission de saigner les caisses de la Gecamines à des fins personnelles. Il s’est attaqué aux deux communiqués de la Gecamines qui indiquent, notamment, que Fleurette Mumi et Ventora Development constituent une même personne, pendant que les pièces du dossier attestent l’absence d’un quelconque lien de droit entre les deux entités. Les deux sociétés posent un acte d’empilage consistant ici à monter un scénario appuyé sur une action judiciaire pour justifier le remboursement d’un prêt fictif à Ventora.

L’Acaj conclut que le flou artistique d’une identité entre une société étrangère et une société locale qui n’obéit à aucune règle de droit des sociétés, est un artifice qui démontre qu’il n’y a jamais eu un contrat de prêt entre la Gecamines et Ventora Development. Ce qui rend fictif le prêt revendiqué par la première à la seconde. Car celle-ci existe juridiquement depuis août 2018, et ne peut conclure un contrat avec la Gecamines en octobre 2017, soit un an avant son existence.

AMM

leave a reply