🇨🇩RDC : Ebola franchit la barre de 2000 morts !

Hier, jeudi 30 août, l’épidémie qui sévit dans l’Est congolais a dépassé le cap de 2000 morts. Les autorités sanitaires, qui donnent ces chiffres, comptabilisent au total 2006 décès en une année et vingt-neuf jours. Ce qui inquiète notamment Oxfam RDC.

« Depuis le dĂ©but de l’épidĂ©mie, le cumul des cas est de 3 004, dont 2 899 confirmĂ©s et 105 probables. Au total, il y a eu 2 006 dĂ©cès », dĂ©clare le comitĂ© national multisectoriel congolais de la riposte contre Ebola dans son bulletin datĂ© de jeudi et diffusĂ© vendredi. Et « 902 personnes Â» ont Ă©galement Ă©tĂ© dĂ©clarĂ©es guĂ©ries, selon la mĂŞme source.

Cette épidémie qui sévit dans l’Est de la République démocratique du Congo depuis le 1er août 2018, s’est étendue ces derniers jours à une autre province, le Sud-Kivu.

Le cap de 2 000 morts a Ă©tĂ© franchi, vendredi 30 aoĂ»t, dans l’épidĂ©mie d’Ebola qui sĂ©vit en RĂ©publique dĂ©mocratique du Congo (RDC), selon les autoritĂ©s sanitaires congolaises. La fièvre hĂ©morragique Ebola, hautement contagieuse, provoque la mort d’entre 25 et 90 % des malades, selon l’organisation mondiale de la santĂ© (OMS). Il n’existe ni traitement ni vaccin commercialisĂ©, mais plusieurs pistes sont Ă  l’essai. Elle se transmet par contact direct avec le sang, les sĂ©crĂ©tions corporelles (sueur, selles, etc.), par voie sexuelle et par la manipulation sans prĂ©caution de cadavres contaminĂ©s.

Alors qu’on la croyait contenue dans certaines des zones de l’Ituri et du Nord-Kivu, l’épidémie d’Ebola s’est étendue au Sud-Kivu et un autre cas suspect a été repéré dans le Maniema. Oxfam, de son côté, relève des faiblesses dans le processus de dépistage, notamment le Thermofash utilisé pour la détection des potentiels cas dans les frontières.

« Il s’agit lĂ  d’un autre jalon sombre pour l’Ă©pidĂ©mie d’Ebola en RDC et aucune fin ne semble ĂŞtre en vue (…). Il est inquiĂ©tant de constater que le processus de dĂ©pistage d’Ebola, qui repose sur l’utilisation d’un thermoflash pour repĂ©rer tout cas potentiel, ne semble pas fonctionner », a dĂ©clarĂ© Corinne N’Daw, Directrice nationale d’Oxfam en RDC.

Pour elle, plusieurs des cas confirmĂ©s les plus rĂ©cents « passeraient inaperçus Ă  un certain nombre de points de contrĂ´le de dĂ©pistage. Â» Ce qui la pousse Ă  penser que « les agents de santĂ© locaux en première ligne Â» doivent recevoir « une meilleure formation et un meilleur Ă©quipement Â» afin de mieux contrĂ´ler les passagers dans les postes frontaliers

leave a reply