🇨🇩RDC: à Kolwezi, la détresse des mineurs artisanaux expulsés

Ă€ Kolwezi, en RDC, ces trois derniers mois, l’armĂ©e a dĂ©logĂ© et empĂŞchĂ© le travail de plus de 70 000 creuseurs artisanaux, qui exploitaient illĂ©galement des minerais. Le gouvernement provincial avait promis que de nouveaux sites seraient mis Ă  leur disposition pour qu’ils puissent exercer lĂ©galement leur travail, mais les mineurs ne voient pour l’instant rien venir.

Kolwezi, situĂ©e dans le sud-est de la RDC, est la capitale mondiale du cobalt. Plusieurs dizaines de milliers de personnes travaillant illĂ©galement ont Ă©tĂ© dĂ©logĂ©es ces dernières semaines. Parmi eux, un mineur, expulsĂ© du site minier de l’entreprise Katanga Copper Compagny, raconte avoir laissĂ© sur place tout son matĂ©riel. Quand il y est retrouvĂ© trois mois plus tard, il n’y avait plus rien. Tout a Ă©tĂ© emportĂ© par des inconnus. Ce site dĂ©sormais est protĂ©gĂ© par des militaires de l’armĂ©e congolaise et ce mineur ne sait plus oĂą aller.

Selon la sociĂ©tĂ© civile de Kolwezi, les exploitants artisanaux sont estimĂ©s Ă  plus de 140 000. Ils viennent d’un peu partout dans le pays. Et cette situation inquiète beaucoup Shadrak Mukad, porte-parole de la sociĂ©tĂ© civile : « Ces gens vivaient de cette exploitation artisanale. Maintenant, ils ne travaillent plus, ils ne savent pas quoi faire donc ils peuvent se livrer aux activitĂ©s de vol, de banditisme. Â»

Pourtant, le gouverneur de la province du Lualaba avait dĂ©clarĂ© devant l’assemblĂ©e provinciale que le ministère des Mines lui avait octroyĂ© 35 zones vouĂ©es Ă  l’exploitation artisanale. Des zones dont personne ne sait ce qu’elles sont devenues, selon Gaston Mushid, dĂ©putĂ© provincial et membre de l’opposition : « L’État a rendu disponibles les zones d’exploitation pour les artisanaux. Pourquoi on ne leur donne pas ces zones d’exploitation ? VoilĂ  toute la question. Â»

Du côté du gouvernement provincial, on indique que ces zones doivent subir des travaux pour les rendre viables avant de les mettre à la disposition des exploitants artisanaux.

leave a reply