đŸ‡šđŸ‡©Lutte contre Ebola Ă  l’Est de la Rdc : l’OMS inquiĂšte du regain de violence

 Devant les journalistes, le directeur des programmes d’urgence de l’OMS a exprimĂ© son dĂ©sarroi face Ă  la flambĂ©e de violence qui empĂȘche la lutte contre le virus Ebola Ă  l’Est de la Rdc.

L’Organisation mondiale de la SantĂ© (OMS) est inquiĂšte du regain de la violence Ă  l’est de la Rdc Ă  cause des faits d’insĂ©curitĂ© enregistrĂ©s ces derniers jours avec les groupes armĂ©s dans plusieurs zones concernĂ©es par la rĂ©ponse comme Beni, Oicha et Kyondo.

L’OMS entend ainsi mettre en garde sur les consĂ©quences d’un tel regain d’insĂ©curitĂ© qui, prĂ©vient-elle, pourrait empĂȘcher les Ă©quipes de riposte de mettre un terme Ă  l’épidĂ©mie d’Ebola.

Lors d’un point de presse Ă  GenĂšve, le Dr Michael Ryan, directeur des programmes d’urgence de l’OMS a notĂ© : « Nous voulons simplement exprimer Ă  quel point nous sommes alarmĂ©s par le fait que le manque d’accĂšs et de sĂ©curitĂ© nous empĂȘche maintenant de mettre un terme Ă  cette Ă©pidĂ©mie.

Le Dr Ryan qui considĂšre qu’il s’agit d’une Ă©volution trĂšs dangereuse et alarmante alerte par ailleurs: « Nous voulons simplement exprimer Ă  quel point nous sommes alarmĂ©s par le fait que le manque d’accĂšs et de sĂ©curitĂ© nous empĂȘche maintenant de mettre un terme Ă  cette Ă©pidĂ©mie ».

Le Dr Mike Ryan qui a rĂ©vĂ©lĂ© qu’il n’y a eu que sept nouveaux cas la semaine derniĂšre considĂšre aussi que « La diminution progressive des cas est une bonne nouvelle. Mais la mauvaise nouvelle, c’est que dans certaines zones clĂ©s, l’épidĂ©mie d’Ebola est actuellement corrĂ©lĂ©e avec la violence qui y sĂ©vit car l’insĂ©curitĂ© empĂȘche de suivre les contacts des personnes malades Â».

 Malheureusement, poursuit-il, au cours des deux derniĂšres semaines, le nombre d’incidents de sĂ©curitĂ© a presque doublĂ© dans bon nombre de ces zones, y compris Ă  OĂŻcha et Beni. Or sur le terrain, les organismes humanitaires ont fait des progrĂšs ces derniers mois. Mais « si la sĂ©curitĂ© se dĂ©tĂ©riore dans la rĂ©gion, nous pourrions nous diriger vers une trĂšs mauvaise situation ».

L’OMS entend ainsi mettre en garde sur les consĂ©quences d’un tel regain d’insĂ©curitĂ© qui pourrait empĂȘcher les Ă©quipes de riposte de mettre un terme Ă  l’épidĂ©mie d’Ebola.

Pour l’OMS, «Comme on l’a vu prĂ©cĂ©demment au cours de cette Ă©closion, de telles perturbations limitent les efforts de recherche et de surveillance des contacts et entraĂźnent souvent une augmentation de la transmission ».

Il a soulignĂ© que de nombreux groupes rebelles sont actifs dans la rĂ©gion. Plus de 40 civils ont Ă©tĂ© tuĂ©s au cours des deux derniĂšres semaines. Et ce dernier regain de violence n’est pas Ă©tranger aux affrontements entre l’armĂ©e congolaise et les milices ADF, un groupe armĂ© ougandais installĂ© depuis 1995 dans l’est de la RDC.

leave a reply