🇨🇩 »Il n’y aura pas une commission spĂ©ciale…c’est toujours la Cour qui va examiner les requĂŞtes pour voir si oui ou non elles sont fondĂ©es », (BenoĂ®t Luamba)

Le prĂ©sident de la Cour Constitutionnelle BenoĂ®t Luamba a dĂ©clarĂ© qu’il n’y aura pas de commission spĂ©ciale en ce qui concerne les arrĂŞts rendus par sa juridiction dans le cadre du contentieux Ă©lectoral.

DĂ©claration faite lundi 17 juin dernier après ĂŞtre reçu par le chef de l’État FĂ©lix Antoine Tshisekedi Tshilombo Ă  la CitĂ© de l’Union Africaine, « UA ».

« Non, il n’y aura pas une commission spĂ©ciale, c’est-Ă -dire les personnes qui croient que la Cour s’est trompĂ©e en donnant par exemple 600 voix Ă  un tel alors qu’il en avait peut ĂŞtre 12.000 ou 15.000, bon on se dit que nos dĂ©cisions Ă  nous doivent ĂŞtre attaquĂ©es par la seule voie de rectification d’erreurs matĂ©rielles. Et c’est ainsi que les personnes qui croient que la Cour s’est trompĂ©e, la Cour a commis des erreurs, sont revenues avec des requĂŞtes. Ces requĂŞtes lĂ  c’est ainsi qu’on parle d’une commission mais c’est toujours la Cour qui va examiner les requĂŞtes pour voir si oui ou non elles sont fondĂ©es », a dit le prĂ©sident de la Cour Constitutionnelle.

Benoît Luamba a également annoncé que des enquêtes seront ouvertes en vue de sanctionner les juges de la Cour qui seront reconnus coupables de pratique de corruption.

« Le prĂ©sident a mis notre disposition les renseignements qu’il a reçus. Nous allons essayer de vĂ©rifier, comparer ça avec la rĂ©alitĂ© des dossiers et s’il faut que disciplinairement qu’on puisse poursuivre les juges qui ont commis ces faits, les sanctions vont tomber », a dit le prĂ©sident de la Cour Constitutionnelle.

L’opposition parlementaire (LAMUKA) qui a dĂ©jĂ  perdu une vingtaine de dĂ©putĂ©s nationaux et sĂ©nateurs, considèrent que les arrĂŞts de la Cour Constitutionnelle contiennent des erreurs matĂ©rielles manifestes qu’il faut corriger en vue de rĂ©habiliter ses Ă©lus.

C’est dans ce cadre que la plateforme politique LAMUKA a appelĂ© ses dĂ©putĂ©s nationaux et sĂ©nateurs Ă  mettre fin Ă  toute participation aux activitĂ©s parlementaires et prĂ©voit une grande manifestation de protestation le 30 juin prochain.

leave a reply