đŸ‡šđŸ‡©Auto-proclamĂ© prĂ©sident de la RĂ©publique, Ne Muanda Nsemi consulte Franck Diongo pour travailler ensemble

Franck Diongo. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Mettre en place un prĂ©sidium de la RĂ©publique fĂ©dĂ©rale du Congo, tel est l’estime que Ne Muanda Nsemi s’est donnĂ© aprĂšs s’ĂȘtre auto-proclamĂ© prĂ©sident de la RĂ©publique fĂ©dĂ©rale du Congo il y a 10 jours.

Le leader du mouvement politico-religieux Bundu Dia Mayala, auto-proclamĂ© depuis le 4 janvier 2020 comme prĂ©sident de la RĂ©publique FĂ©dĂ©ral du Congo, s’est dit qu’il ne peut travailler seul, raison pour laquelle, il veut former ce qu’il appelle « le prĂ©sidium de la RĂ©publique fĂ©dĂ©rale du Congo Â», il s’est choisi 5 hautes personnalitĂ©s de la Rdc dont Franck Diongo.

Ne Muanda Nsemi, a invitĂ© dimanche 12 janvier dernier dans une correspondance, l’opposant et leader du Mouvement Lumumbiste progressiste (MLP), dont l’appel a Ă©tĂ© rejetĂ© par le parti politique de Franck Diongo qui se veut lĂ©galiste et a dĂ©clinĂ© l’offre.

J’avais dĂ©jĂ  demandĂ© Ă  l’honorable Ne Muanda Nsemi de soutenir le PrĂ©sident de la RĂ©publique », a indiquĂ© Franck Diongo, sur TOP CONGO FM. Le MLP dit avoir reconnu les institutions de la RĂ©publique, « en reconnaissant qu’il y a un PrĂ©sident installĂ© qui dirige le pays Â». Et d’ajouter qu’il considĂšre « nĂ©anmoins la dĂ©claration de Ne Muana Nsemi comme un SOS, un cri d’alarme de quelqu’un qui voudrait attirer l’attention sur lui Â».

Il a par ailleurs rappelĂ© que le leader du mouvement politico-religieux Bundu Dia Mayala ‘est malade’. On a dĂ©truit sa maison. Je demande la clĂ©mence de toutes les institutions. Qu’on essaie de s’occuper de sa santĂ©. Qu’on dĂ©dramatise. Qu’on minimise le fait que ce sont des propos qui portent atteinte aux institutions de la RĂ©publique. Je n’approuve pas sa dĂ©claration ».‹

« Il ne dit pas qu’il a gagnĂ© les Ă©lections mais il a Ă©tĂ© nommĂ© par Dieu. Nous ne sommes pas un pays des droits divins », poursuit Franck Diongo, « nous sommes un pays qui a la constitution comme base lĂ©gale. Donc, c’est un acte qui n’a rien avoir avec le vrai pouvoir ».

‹Signalant que le Ne Muanda Nsemi « a Ă©tĂ© trĂšs prudent », estime le leader du MLP, qui est d’avis que le chef de Bundu Dia Mayala Â«Â ne dit pas qu’il est prĂ©sident de la RĂ©publique dĂ©mocratique du Congo mais de la RĂ©publique fĂ©dĂ©rale du Kongo central ».

Il n’a pas manquĂ© de « demander au prĂ©sident de la RĂ©publique et Ă  la premiĂšre dame, par rapport aux injures et aux attaques personnelles, de pardonner » Ă  Ne Muanda Nsemi.‚‚ »C’est mĂȘme un piĂšge. Si aujourd’hui, le prĂ©sident de la RĂ©publique, la premiĂšre dame ou le PGR s’Ă©nervent et l’arrĂȘtent, il va mourir en prison. Sa mort va retomber sur la tĂȘte du prĂ©sident Tshisekedi », a prĂ©venu Franck Diongo. 

Pour l’opposant Franck Diongo, la RĂ©publique DĂ©mocratique du Congo n’est pas un pays des droits divin, « nous sommes un pays laĂŻc », a-t-il accentuĂ©.

DC

leave a reply