🇨🇩Arrestation de Koffi Olomidé : l’ACAJ condamne la « brutalité inhumaine » des policiers

Arrêté puis relâché dans la journée de mercredi 25 septembre, le chanteur Koffi Olomidé est « traumatisé » après la brutalité avec laquelle il a été appréhendé chez lui, à Mont-Fleuri, dans la capitale congolaise. L’Action pour l’accès à la Justice (ACAJ) s’insurge contre cette brutalité.

Antoine Agbepa Mumba alias Koffi Olomidé est « sérieusement traumatisé » après les brutalités policières ayant émaillé son arrestation hier, mercredi 25 septembre 2019, dans la matinée. Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, l’on aperçoit Koffi Olomidé en train de supplier aux agents qui l’ont embarqué de lui rendre son téléphone portable. Et les images semblent être prises par un des agents de la police. Ce qui a fait bondir l’ONG des droits de l’homme Action pour l’accès à la Justice (ACAJ).

« ACAJ condamne la brutalitĂ© inhumaine qui a Ă©maillĂ© l’arrestation de l’artiste musicien Koffi Olomide hier Ă  Kinshasa », a Ă©crit, sur son compte Twitter, Georges Kapiamba, son coordonnateur. Cette association rappelle que Â« toute personne arrĂŞtĂ©e ou dĂ©tenue doit bĂ©nĂ©ficier d’un traitement qui prĂ©serve sa vie, sa santĂ© physique et mentale ainsi que sa dignitĂ© ».

Après sa relaxation, ce disciple d’OrphĂ©e compte porter plainte contre ces policiers qui l’ont brutalisĂ©. Â« A la demande de mon client,  nous allons dĂ©poser une plainte contre les agents qui l’ont brutalisĂ© et humiliĂ©. Pire, ils ont filmĂ© et balancĂ© des images sur les rĂ©seaux sociaux pour l’humilier », a dĂ©clarĂ© Ă  ACTUALITE.CD, Me Tony Mwaba, avocat de Koffi Olomide. Le mĂŞme avocat a Ă©galement dĂ©clarĂ© que l’artiste est Â« blessĂ© dans son amour propre (…) l’OPJ instructeur du dossier sur rĂ©quisition du procureur gĂ©nĂ©ral a souhaitĂ© relaxer Koffi OlomidĂ© pour qu’il retourne Ă  la maison, qu’il retrouve de l’emprise sur soi-mĂŞme parce qu’il a Ă©tĂ© sĂ©rieusement traumatisĂ© par rapport Ă  ce qui s’est passĂ© ».

Interpelé hier matin, Koffi Olomidé a comparu pendant près d’une heure devant la Commission nationale de censure des chansons et des spectacles, dans les locaux du Ministère de la Justice. Le Grand Mopao y était auditionné suite à son refus de soumettre huit de ses chansons à la commission de censure. Après sa comparution, le mercredi, il est attendu dans les prochains jours pour une nouvelle audition. Selon un responsable de la Commission cité par l’AFP, cette première comparution n’est pas faite sur procès-verbal car l’artiste était souffrant.

Et pour justifier cette interpellation, Didier Kelekelo, directeur de la commission de censure, a fait savoir que Koffi Olomidé n’avait pas obtempéré. En effet, l’artiste devrait déposer au niveau de la Commission des supports des chansons mises en cause. Ce qu’il n’a pas fait. Il a donc fallu, selon le Directeur, un mandat d’amener pour l’obliger à répondre.

Pour rappel, le procureur gĂ©nĂ©ral, Bernard Mayindombe, avait annoncĂ© l’interdiction de la diffusion et de la prĂ©sentation au public des chansons « Pi pi pi », « La femme de quelqu’un », « ÉlĂ©gance », « Ba Esclaves », « Jour de joie », « Alidor », « Tata Mobimba » et « Papa Ngwasuma ». Ce qui a dĂ©plu Ă  l’artiste et a qualifiĂ© d’ Â« anti-dĂ©mocratique » le mot censure, dĂ©fendant ainsi la libertĂ© de pensĂ©e au nom de tous les chanteurs congolais.

leave a reply