đŸ‡šđŸ‡© RD Congo : la sous-traitance, nouveau levier socio-Ă©conomique du gouvernement

ContrĂŽler le systĂšme de sous-traitance en RĂ©publique dĂ©mocratique du Congo pour crĂ©er des richesses et donner la prioritĂ© de l’emploi aux Congolais, c’est l’ambition affichĂ©e par le gouvernement.

Le vice-Premier ministre en charge du Plan, ElysĂ©e Munembwe l’a rappelĂ© ce mercredi lors d’un sĂ©minaire de vulgarisation de la loi sur la sous-traitance dans le secteur privĂ©. C’est une loi adoptĂ©e depuis 2017, mais elle serait mal comprise. Elle prĂ©voit que dans son article 6, l’activitĂ©Ì de sous-traitance est rĂ©servĂ©e aux entreprises Ă  capitaux congolais promues par les Congolais. Selon Kalej Nkand, responsable de l’AutoritĂ© de rĂ©gulation de la sous-traitance dans le secteur privĂ©, cette loi ne vise aucunement la nationalisation des entreprises appartenant Ă  des Ă©trangers. « Elle ne fait que dĂ©gager un peu d’espace pour les entreprises Ă  capitaux congolais, dans ce vaste champ du marchĂ© de la sous-traitance Â».

« AccĂ©der concrĂštement Ă  la classe moyenne
 Â»

L’objectif de cette disposition, c’est de promouvoir le savoir congolais et les classes moyennes. Comme l’explique le ministre des Petites et moyennes entreprises et Artisanat, Justin Kalumba : Â« Aujourd’hui, dans notre pays, la vision, celle la transformation sociale et Ă©conomique Ă  travers l’entreprenariat, rencontre enfin l’action, celle qui consiste Ă  avoir une bonne frange des Congolaises et des Congolais sortir de la pauvretĂ© et accĂ©der rĂ©ellement et concrĂštement Ă  la classe moyenne Â».

Le gouvernement espĂšre que tous les secteurs vont collaborer, y compris le secteur minier qui utilise beaucoup de sous-traitants.

leave a reply